« Avant de lâcher, ici on lâche pas ! » Proverbe pinchaqui (habitant du village de Pinsec)

Au cœur des alpes valaisannes en Suisse, Anniviers  est la dernière vallée latérale située du côté romand de la frontière linguistique. La Navizence, rivière alimentée  par plusieurs glaciers du versant nord du massif de la Dent Blanche, parcourt la vallée sur 24 kilomètres du sud au nord jusqu’à son embouchure   sur  le  Rhône près de la ville de Sierre.

Les  terres  arables  situées  sur  les coteaux dominent  la vallée profonde creusée par la Navizence. Cette dernière a forgé, avant son embouchure, de profondes gorges qui rendaient autrefois le val d’Anniviers difficile d’accès depuis la plaine. Ce cloisonnement, responsable de l’isolement des populations indigènes, explique la remarquable conservation des traditions et du cachet des villages. Ces derniers, séparés en six communes distinctes jusqu’en 2008, on fusionné dans une grande commune unique.

C’est Anniviers tourisme qui assure l’animation, l’information et la promotion de la région. Un site internet très complet permet de s’informer, ainsi que réserver l’hébergement, les transports ou les animations. Un guichet, l’office du tourisme, est à disposition dans chaque station.

Née en 2009 de la fusion d’Ayer, Grimentz, Vissoie, St-Jean, St-Luc et chandolin, la commune d’Anniviers garantit les services essentiels à la population et aux hôtes. Voirie, gestion des déchets, écoles, entretien de l’infrastructure, justice et police. Vous trouverez tous les renseignements utiles sur anniviers.org

Colonisée dès l’âge du bronze, la région verra ses habitants, pratiquant une forme particulière de nomadisme local, partager leur vie entre plaine et montagne.  Le nom Anniviers se traduit « chemins de l’année », les autochtones se déplaçaient continuellement, suivant les cultures étagées entre 500 à 3000m d’altitude. On appelait ces déplacements « remuage », hommes et bêtes participaient par villages entiers.

Après le premier tourisme et le déclin de l’agriculture traditionnelle, La vallée se modernisa dans les années 1950-60. L’exploitation du potentiel hydroélectrique et le tourisme hivernal permit de stopper l’exode rural.

Pays entouré d’arêtes, de cimes et de précipices, Anniviers recèle de grands espaces à découvrir, six stations de sport parfaitement équipées, six villages superbement préservés et  autant de hameaux discrets. La ville de Sierre et les villages du val d’Anniviers forment une destination touristique unique qui propose ses charmes sur 4000 mètres de dénivelé. Capitale du district du même nom, la ville de Sierre centralise les voies de communications qui desservent les régions touristiques du haut plateau de Montana et du val d’Anniviers. Les stations de S-Luc-Chandolin, Vercorin et Grimentz-Zinal proposent toutes les activités hivernales dans un cadre exceptionnel.

  • La rivière Navizence prend source au glacier de Zinal et parcourt 24 km jusqu’au Rhône. Son principal affluent, la Gougra, nait au glacier de Moiry pour se jeter dans la Navizence 12 km en aval.
  • La vallée en forme de Y couvre 24’340 hectares de surface, seulement 720 ha de surface agricole.
  • On comptait une population permanente de 2750 personnes au 1er janvier 2021, dont 1320 femmes.

La ville de Sierre est desservie par le réseau ferré et l’autoroute A9, ou par le nord par Berne, Thoune et le tunnel du Lötschberg. La région est situé au centre du continent, à 35 km de l’aéroport de Sion et à 190 km de celui de Genève. De la gare de Sierre, les cars postaux assurent la liaison  avec les différentes destinations du val d’Anniviers.  Il est  possible, sur réservation, d’embarquer les vélos sur les  cars postaux. Sur place, un réseau dense de sentiers  pédestres et de routes forestières permet une multitude  d’itinéraires.